Ordre des médecins du 93 - Retour à la page d'accueil
Accueil > cp_txt_home > Communiqués & Actualités > L'ONIAM recrute des candidats pour des médecins consultants.

Communiqués & ActualitésRetour à la liste des articles

 
Mars 2007

Le médecin n'a pas le droit de donner délibérément la mort

Communiqué de Presse du C.N.O.M. - Paris, le 12 Mars 2007.

default_alt

 

A la suite de la loi dite Léonetti sur la fin de vie, le code de déontologie médicale, modifié pour en tirer toutes les conséquences, affirme clairement que toute obstination thérapeutique déraisonnable doit être proscrite et qu'il est permis d'interrompre des traitements actifs devenus inutiles.

Cette décision ne peut cependant relever que d'une réflexion progressive et collégiale, associant le patient lui-même, lorsqu'il est conscient, ou son entourage affectif lorsqu'il ne l'est plus, en tenant compte de directives anticipées qu'il aurait pu donner. Les soins palliatifs, incluant le soutien psychologique et spirituel, peuvent être à même d'éviter les souffrances inutiles lorsque la vie prend fin et permettre à la personne de s'éteindre sans effroi.

Tout homme, toute femme, a le droit de mourir en paix.

L'Ordre national des médecins tient également à réaffirmer que l'engagement éthique du médecin est de combattre la maladie, en accompagnant la vie et la dignité de la personne humaine jusqu'à la mort. Confronté à la fin de vie, le médecin doit exploiter toutes les ressources de son art, parfois même en prenant des risques vitaux dans ses prescriptions destinées à soulager le malade.

Mais en aucun cas, le médecin n'a le droit de donner délibérément la mort.

L'Ordre National des médecins estime que la transgression de cet interdit par la loi serait une régression majeure de notre société dans sa conception de l'Homme et du respect dû à la vie.


Presse : Evelyne Acchiardi - 01 53 89 32 80 - acchiardi.evelyne@cn.medecin.fr

Haut de page
 
Article précédent Article suivant