Ordre des médecins du 93 - Retour à la page d'accueil

Documents à télécharger

Accueil > cp_txt_home > Communiqués & Actualités > Communiqué de Presse du Conseil national de l'Ordre des Médecins du 16/10/2012. Régulation du 1er exercice - Honoraires

Communiqués & ActualitésRetour à la liste des articles

 
Janvier 2015

Virus EBOLA: mise à jour au 20 janvier 2015

Définition de cas au 19 janvier 2015

Patient suspect
Un patient suspect est défini comme toute personne présentant, dans un délai de 21 jours après son retour de la zone à risque*, une fièvre mesurée par un soignant supérieure ou égale à 38°C.

* La zone à risque est définie au 19/01/15 comme les pays suivants :

Sierra Leone, Guinée Conakry, Libéria.

Depuis le 20 octobre 2014, le Nigeria ne fait plus partie de la zone à risque.

Depuis le 24 novembre 2014, la république démocratique du Congo ne fait plus partie de la zone à risque.

Depuis le 18 janvier 2015, le district de Bamako (Mali) ne fait plus partie de la zone à risque.

VIRUS EBOLA: VIGILANCE ! Conduite à tenir en cas de patient suspect de contamination.

default_alt

Une situation sanitaire grave dont les éléments diffusés au niveau international par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et relayés par la Direction Générale de la Santé (DGS), et le Haut conseil de Santé Publique (HCSP) doivent appeler à notre vigilance:il s'agit de la maladie à virus EBOLA

MALADIE à VIRUS EBOLA : ci-dessous la circulaire de la DGS qui rapelle la définition d'un cas suspect et les pays où sévit actuellement l'épidémie et pour lesquels vous devez être particulièrement attentifs si des patients vous indiquent provenir de ces pays dans une période récente, ou vouloir s'y rendre.
Vous y trouverez également la CAT dans ce cas : mesures barrière et appel du SAMU
 L'épidémie de maladie à virus Ebola progresse de façon significative en Afrique de l'Ouest.Le risque d'importation du virus Ebola, par le biais des voyageurs au sein de l'Union européenne ou en France, reste faible mais ne peut être exclu. Cette situation sanitaire inédite et grave accroit ainsi la possibilité d'avoir à gérer des cas suspects et requiert en conséquence une vigilance accrue de la part des professionnels et des établissements de santé.
Les mesures de prévention déjà décrites restent applicables en particulier se protéger des contacts avec le sang, les tissus ou les liquides biologiques (pas de contamination aérienne).
« La direction générale de la santé vous rappelle qu'un cas suspect, selon l'Institut de veille sanitaire, est défini comme toute personne présentant, dans un délai de 21 jours après son retour de la zone à risque (Sierra Leone, Guinée Conakry, Libéria et Nigéria), une fièvre supérieure ou égale à 38,5°C.
Si vous êtes en présence d'un cas suspect, après avoir mis en place les mesures barrières (isolement, port d'un masque chirurgical par le patient...), appelez immédiatement le SAMU-Centre 15 qui en lien avec l'Agence régionale de santé (ARS) et l'Institut de veille sanitaire (InVS) mèneront une évaluation épidémiologique du cas (exclusion ou classement en cas possible).
Si le cas est classé comme possible, le SAMU prendra en charge le patient qui sera dirigé vers l'établissement de santé de référence (ESR) désigné pour prendre en charge spécifiquement ce type de patient.
Depuis le 31 juillet 2014, le ministère des Affaires étrangères et du Développement international recommande aux Français de suspendre, sauf raison impérative, tout projet de voyage dans les pays où des cas de fièvre hémorragique à virus Ebola sont avérés (Sierra Leone, Guinée Conackry, Libéria, Nigéria).
Vous pourrez trouver des informations complémentaires sur le site du Ministère des Affaires sociales et de la Santé : http://www.sante.gouv.fr/maladie-a-virus-ebola.html

19 octobre 2014:
Vous trouverez ci-joint en téléchargement une fiche élaborée par le CNOM pour l'information des médecins. 

5 novembre 2014:
Le Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes nous informe de l'ouverture d'une boite aux lettres :
ebola-professionnels@sante.gouv.fr qui permet aux médecins d'obtenir une réponse rapide aux questions concernant la gestion de la crise «Ebola ».

Ouverture d'une boîte aux lettres "EBOLA".

default_alt

Le Directeur général de la santé, Monsieur le Professeur VALLET, et le Directeur Général de l'Offre des Soins nous informent de l'ouverture d'une boîte aux lettres ebola-professionnels@sante.gouv.fr qui permet de répondre dans les meilleurs délais aux questions que les médecins sont amenés à se poser concernant la gestion de la crise EBOLA.

Une information sera également portée sur le site internet du Conseil national de l'Ordre des Médecins .

 

Haut de page
 
Article précédent Article suivant