Ordre des médecins du 93 - Retour à la page d'accueil

Documents à télécharger

Accueil > cp_txt_home > Communiqués & Actualités > Règlement Général de Protection des Données.

Communiqués & ActualitésRetour à la liste des articles

 
Novembre 2018

Instruction ministérielle relative à la conduite à tenir autour d'un ou plusieurs cas de rougeole.

La rougeole, pathologie d'actualité.

default_alt


La survenue fin 2017 d'une épidémie de rougeole qui fait suite à une précédente épidémie de forte ampleur (2008-2012) rend indispensable la mise en œuvre de mesures de contrôle ainsi que leur actualisation.
La présente instruction actualise les recommandations de prophylaxie qui figuraient dans la circulaire N°DGS/RI1/2009/334 du 4 novembre 2009 relative à la transmission obligatoire de données individuelles à l'autorité sanitaire en cas de rougeole et à la mise en œuvre de mesures préventives autour d'un cas ou de cas groupés

Dans le contexte d'une politique d'élimination de la rougeole et de la nécessité du contrôle des épidémies de rougeole, la remontée des signalements aux ARS par les cliniciens ou les biologistes qui suspectent ou diagnostiquent un cas de rougeole et la déclaration obligatoire sont fondamentales car elles permettent de mettre en œuvre rapidement les mesures de prévention autour de ce cas.
Les prélèvements biologiques (tests salivaires, prélèvements pour la pratique d'examens de biologie moléculaire ou prélèvements pour réalisation d'une sérologie) permettent, outre la confirmation des cas, la surveillance de la circulation virale en France.
S'agissant des kits salivaires, ces derniers sont destinés en priorité aux praticiens de ville ; quelques kits peuvent toutefois être positionnés dans les services d'accueil d'urgence pédiatriques. Il  appartient aux ARS d'organiser la gestion du stock régional de ces kits afin d'assurer leur répartition entre les différentes délégations départementales.

Les ARS doivent s'assurer que ces signalements sont suivis de la transmission de la fiche de notification obligatoire indispensable au suivi épidémiologique.

Afin d'être efficaces, les mesures de prophylaxie exigent une mise en œuvre rapide voire urgente dans le cas où les contacts d'un cas de rougeole  sont des sujets à  risque de rougeole grave.
C'est ainsi qu'il est demandé aux ARS tout mettre en œuvre afin de faciliter l'accès aux vaccins des nourrissons de moins de 12 mois révolus dans un délai de 72 heures suivant
leur contact avec un cas de rougeole.

Ci-joint, l'instruction ministérielle relative à la conduite à tenir autour d’un ou plusieurs cas de rougeole.

Haut de page
 
Article précédent Article suivant